rejoignez notre tribu !

RÉSERVEZ VOTRE TERRITOIRE
« Les entrepreneurs méritent la meilleure offre bancaire disponible sur le marché et adaptée à leur projet »

VOUS RECHERCHEZ
UN CREDIT PROFESSIONNEL?


inscription newsletter

Vous souhaitez nous suivre : Inscrivez-vous à notre newsletter.

Nos newsletters

Les créations d’entreprises en 2016

Posté le 10 juin 2017


Source : Insee | 24/01/2017
Félix Bonnetête et Nicolas Bignon, division Infrastructures et répertoire statistiques, Insee
Lien vers le document au format pdf


La plus forte hausse depuis six ans, portée par les transports

En 2016, 554 000 entreprises ont été créées en France, soit 6 % de plus qu’en 2015.

Les créations d’entreprises individuelles classiques et celles de sociétés augmentent fortement (+ 10 %). En revanche, les immatriculations de micro-entrepreneurs sont en léger recul (– 0,3 %).
Avec un accroissement des créations de 56 % en 2016, le secteur « transports et entreposage » contribue pour près de la moitié à la hausse générale.

Tous types d’entreprises confondus, les créations progressent dans la quasi-totalité des régions.
C’est notamment le cas en Île-de-France, où le succès du transport de voyageurs par taxi et celui des « autres activités de poste et de courrier » se confirment.

Hors micro-entrepreneurs, seules 7 % des entreprises sont employeuses à la création.
Elles démarrent alors en moyenne avec 2,6 salariés.

Pour les créateurs individuels, l’âge moyen est de 37 ans. Il est seulement de 29 ans dans les transports et l’entreposage. La part des femmes créatrices se maintient à 40 %.


Le nombre d’entreprises créées augmente de 6 %

En 2016, dans l’ensemble des secteurs marchands non agricoles, 554 000 entreprises ont été créées, soit 29 000 de plus qu’en 2015. Le nombre de créations d’entreprises augmente ainsi de 6 % par rapport à l’année précédente, ce qui représente la plus forte hausse depuis six ans (figure 1).

D’une part, les créations de sociétés s’accroissent de 10 % (188 800 inscriptions en 2016 contre 172 000 en 2015) ; c’est leur plus importante hausse depuis 2009, année d’instauration du régime de l’auto-entrepreneur. D’autre part, les créations d’entreprises individuelles classiques augmentent elles aussi de 10 % (142 400 inscriptions en 2016 contre 129 700 en 2015). Le nombre total de créations d’entreprises classiques retrouve ainsi son niveau de 2008.

À l’opposé, les immatriculations sous le régime de micro-entrepreneur, qui a succédé au régime de l’auto-entrepreneur fin 2014, diminuent légèrement (– 0,3 %), avec 222 800 immatriculations en 2016 contre 223 400 en 2015. Les créations d’entreprises sous ce régime atteignent ainsi leur plus bas niveau depuis 2009. Cependant, ce repli est beaucoup moins marqué qu’en 2015 (– 21 %).

La part des immatriculations de micro- entrepreneurs dans le nombre total de créations décroît. Elle s’élevait à 58 % en 2010, mais n’est plus que de 40 % en 2016, soit la proportion la plus faible depuis la mise en place du régime. En contrepartie, la part des créations de sociétés et celle des créations d’entreprises individuelles classiques augmentent (respectivement 34 % et 26 % des créations en 2016).

i01


Hausse des créations dans la plupart des secteurs, notamment dans les transports

En 2016, les créations d’entreprises augmentent dans la plupart des secteurs d’activité (figure 3). Les deux secteurs participant le plus à cette hausse sont les transports et l’entreposage et les activités spécialisées, scientifiques et techniques. Le premier contribue pour près de la moitié à la hausse globale et le second pour un peu plus d’un quart.

Les créations d’entreprises dans les transports et l’entreposage progressent très fortement depuis quelques années : + 56 % en 2016, après + 46 % en 2015 et + 35 % en 2014. En 2016, c’est dans ce secteur que la croissance des créations d’entreprises est la plus importante. Cet envol est dû au succès grandissant des « autres activités de poste et de courrier », incluant la livraison à domicile (13 500 créations en 2016 après 3 900 en 2015 et 1 900 en moyenne chaque année depuis 2009). Plus d’une création sur trois dans les transports et l’entreposage se fait dans cette activité. Au sein de celle-ci, les micro-entrepreneurs représentent 90 % des créations. Le transport de voyageurs par taxi est le deuxième poste expliquant l’essor de ce secteur. Il représente 13 400 créations en 2016, après 10 200 en 2015 et 6 900 en 2014. Cette montée en puissance peut être attribuée au développement des entreprises de voitures de transport avec chauffeur (VTC) depuis l’application de la loi Thévenoud sur les taxis et VTC. Dans cette activité, les sociétés constituent 53 % des créations et contribuent à la totalité de la hausse.

Les créations dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques s’accroissent nettement aussi : 90 600 créations en 2016 après 82 800 en 2015, soit une hausse de 10 %. C’est la plus forte augmentation de ce secteur depuis 2010. Elle est due à l’activité de « conseil pour les affaires et autres conseils de gestion », qui y contribue pour plus des deux tiers. Le secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques est le deuxième plus important en nombre de créations d’entreprises, derrière le commerce.

À l’opposé, le nombre de créations d’entreprises recule en 2016 dans la construction, les « autres services aux ménages » et le commerce (respectivement – 3 %, – 2 % et – 1 %). Le repli dans ces secteurs s’atténue néanmoins par rapport à 2015. Les créations d’entreprises dans le secteur du commerce restent les plus fréquentes (près d’une création sur cinq).

i02


Les immatriculations de micro-entrepreneurs diminuent légèrement

Les immatriculations de micro-entrepreneurs diminuent légèrement en 2016 (600 immatriculations de moins ; figure 3). Les secteurs contribuant le plus à cette baisse sont le commerce et la construction.

Dans le commerce, le recul est important (– 5 600, soit – 18 %). Il est quasiment compensé par les créations de sociétés (+ 1 700) et d’entreprises individuelles hors micro-entrepreneurs (+ 3 200).

Dans la construction, le nombre d’immatriculations de micro-entrepreneurs décroît nettement aussi (– 4 700, soit – 22 %). Ce recul, bien que moins important qu’en 2015 (– 11 300), n’est que partiellement compensé par la hausse des créations de sociétés et d’entreprises individuelles classiques (respectivement + 1 900 et + 600).

À l’opposé, les immatriculations de micro-entrepreneurs augmentent beaucoup dans les transports et l’entreposage (+ 7 400, soit + 72 %). Pour ce régime, c’est la hausse la plus forte en 2016 tous secteurs confondus. Elle est entièrement portée par les « autres activités de poste et de courrier » (+ 8 600).

Les immatriculations sous le régime de micro-entrepreneur augmentent également dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques (+ 3 700) et la santé humaine et l’action sociale (+ 1 500).


Les créations augmentent dans presque toutes les régions

Tous types d’entreprises confondus, les créations s’accroissent dans toutes les régions, excepté en Guyane, à Mayotte et en Centre-Val de Loire (figure 4). La hausse est particulièrement importante en Île-de-France (+ 13 %), où 29 % des créateurs installent le siège de leur entreprise en 2016 (contre 27 % en 2015). L’envol des inscriptions dans le transport de voyageurs par taxi et les « autres activités de poste et de courrier » explique près de la moitié de l’essor des créations en Île-de-France. En effet, les trois quarts environ des créations dans ces deux activités se réalisent dans cette région, tous types d’entreprises confondus. La croissance des créations en Île-de-France est portée également, dans une moindre mesure, par celle des créations dans l’information et la communication et dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques. De fait, la région francilienne représente respectivement 47 % et 42 % des créations dans ces secteurs en 2016, tous types de créations confondus. C’est aussi la région métropolitaine où les créations sont le plus souvent sous forme sociétaire (40 % en Île-de-France contre 32 % en province).

Les créations d’entreprises augmentent également nettement en Corse et en Normandie (+ 5 %), dans le Grand Est, en Auvergne-Rhône-Alpes et à La Réunion (+ 4 %).

i03


Seules 7 % des entreprises classiques emploient des salariés lors de leur création

En 2016, seules 4 % des nouvelles entreprises sont employeuses au moment de leur création (figure 5). Si l’on exclut les micro-entrepreneurs, la part des entreprises employeuses à la création est plus importante (7 %), mais elle diminue depuis 2009 (8 % en 2015, 13 % en 2009). Les nouvelles entreprises, hors micro-entrepreneurs, sont le plus souvent employeuses dans l’hébergement et la restauration (17 %), la construction (11 %) et l’industrie (9 %). Inversement, la proportion d’entreprises employeuses ne dépasse pas 4 % dans les activités immobilières, les activités financières et d’assurance et le secteur « enseignement, santé humaine et action sociale ».

Les entreprises employeuses démarrent en moyenne avec 2,6 salariés en 2016 (2,5 en 2015). Parmi celles créées en 2016, l’effectif salarié moyen est le plus élevé dans l’industrie (3,5) et le plus faible dans l’information et la communication (2,0) et dans les activités immobilières (1,8).

i04


Les créateurs d’entreprises individuelles sont en moyenne les plus jeunes dans les transports et l’entreposage

En 2016, l’âge moyen des créateurs d’entreprises individuelles est de 37 ans, en légère diminution par rapport à 2015 (38 ans). Comme en 2015, la part des moins de 30 ans et celle des 60 ans ou plus sont plus élevées chez les micro-entrepreneurs que chez les créateurs d’entreprises individuelles classiques. Tous types d’entreprises confondus, le secteur « transports et entreposage » est celui où les créateurs sont les plus jeunes (29 ans en moyenne). Cette situation s’accentue : l’âge moyen des créateurs de ce secteur a diminué de respectivement 4 et 7 ans par rapport à 2015 et 2014. L’information-communication est aussi un secteur où les créateurs sont assez jeunes (33 ans en moyenne). À l’inverse, ils sont généralement plus âgés dans les activités immobilières ou l’industrie (40 ans), la construction ou les activités de services administratifs et de soutien (39 ans).


40 % des entreprises individuelles sont créées par des femmes

En 2016, les femmes ont créé quatre entreprises individuelles sur dix, proportion stable par rapport à 2015. La part des hommes est la plus forte dans la construction (98 %), les transports et l’entreposage (94 %) ainsi que l’information et la communication (79 %). À l’opposé, les femmes sont plus présentes et même majoritaires dans la santé humaine et l’action sociale (73 %) et les autres services aux ménages (67 %).


1,13%!

Taux moyen obtenu sur le 1er trimestre 2018 pour le financement d’un fonds de commerce sur 7 ans

DEMANDE DE FINANCEMENT

Archives newsletters